Menu
Blog Web & Mobile

Vos statistiques Google Analytics s’écroulent depuis la mise en conformité RGPD. Est-ce normal ? Que faire ?

Google Analytics et RGPD



Le trafic de votre site Web baisse suite à la mise en conformité RGPD. Est-ce normal ? 

Depuis la mise en oeuvre sur votre site internet des obligations liées au RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données), vous constatez une baisse significative de vos statistiques web ? Est-ce lié ? 

La réponse est très probablement oui ! Et il n’est pas rare de constater des baisses de trafic mesurées dans Google Analytics de 20 à 50% sur l’audience globale d’un site !

 

Pourquoi cette perte de trafic ? Tout simplement car par défaut l’adresse IP du visiteur de votre site internet est considérée comme une donnée personnelle au sens du RGPD. En clair, si le visiteur n’a pas cliqué sur le bouton d’acceptation de tous les cookies lors de l’accès à vos pages, ces statistiques ne sont pas comptabilisées. Google Analytics ne comptabilise alors qu’une partie des visites. CQFD !

Précisons également que les problématiques de protection de la vie privée sur le web et à la protection des données personnelles sont d’actualités et que certains navigateurs web bloquent par défaut l’accès au Cookies (Les cookies sont de petits “marqueurs” déposés dans votre navigateur (Cf. FIG.1). Ces cookiesont souvent une utilité comme par exemple savoir que vous êtes venu sur un site sans vous poser n fois la même question ou encore identifier votre parcours d’achat sur un site e-commerce). 

 

Rassurez-vous le trafic réel n’est pas impacté par le RGPD, votre référencement payant et votre référencement naturel non plus (positionnement et visibilité dans les résultats des moteurs de recherche aussi appelé SERP). Si votre site était en première page de Google, il doit encore y être (vérifiez tout de même !).

C’est un moindre mal nous direz vous… Et au risque de vous spoiler un peu, c’est sans doute la meilleure nouvelle. Pour autant cela n’est pas sans impact sur le suivi de l’activité de votre site internet, sur la mesure de l’efficacité de vos actions SEO, sur la mesure de vos taux de conversions et votre reporting, mais également sur vos campagnes SEA (ex. Google Adwords, LinkedIn Ads).

 

Comment connaître, analyser et continuer à suivre le trafic de votre site ? Comment continuer à mesurer le coût d’acquisition ? Et surtout est-il possible de remédier à cet écart de mesure ? Fort heureusement la réponse est oui, au moins partiellement car les visites des internautes qui ont refusé le suivi analytique ne seront pas dans la majorité des cas. Selon la solution choisie, leurs visites seront bien comptabilisées.

Mais avec l’aide sans doute de votre partenaire web vous pouvez minimiser l’impact de la mise en conformité RGPD de votre site internet sur le trafic mesuré par Google Analytics.


 

Rappel des règles RGPD renforcées depuis octobre 2020 et plus récemment encore depuis le 1er avril 2021 

La tentation de détourner la règlementation RGPD peut être grande, mais attention prenez garde ! Même si à ce jour, un faible pourcentage des sites web français sont conformes, les premières amendes commencent à tomber. 

 

Rappelons donc que depuis le 1er avril 2021 – précisons c’est opportun que ce n’est pas un poisson ! – de nouvelles règles plus contraignantes en matières de RGPD s’appliquent, notamment : 

 

Votre site n’est pas conforme à ces exigences ? Vous avez un doute ? N’hésitez pas à nous contacter (Soyons pragmatiques, voici le numéro : 0 240 507 766 ;).

 

 

Comment remédier à cette baisse de trafic et s’adapter à ces nouvelles règles du jeu ? 

Une première solution, radicale si vous êtes en charge du marketing digital de votre société, consiste à renoncer complètement ou partiellement à l’utilisation de l’outil de mesure d’audience Google Analytics et à vous appuyer sur des solutions statistiques et outils d’analyses hébergés sur votre serveur comme Matomo par exemple, qui n’utilise les données de visite des internautes qu’à des fins statistiques, et cela sous réserve d’anonymiser les données collectées. Inconvénients : Matomo est bien moins abouti que Google Analytics et n’est par nature pas associé à l’écosystème de services Google (Google Search Console, Google Adwords). Vous savez, Google, le moteur de recherche qui génère 80% de votre trafic…

 

Vous aurez sans doute alors à jongler avec les deux outils pour assurer votre suivi analytique, vos tableaux de bord et le suivi de vos KPI si précieux pour assurer le suivi de vos actions et mesurer votre retour sur investissement (taux de rebond, taux de clic, nombre de visites, taux de conversion, mesure du coût d’acquisition, visiteurs récurrents, etc.). De plus, si vous êtes un responsable marketing et digital ou un webmaster aguerri en charge de la stratégie digitale, il est probable que vous vous sentiez un peu démuni ! 

 

 

La solution la plus simple nous semble donc de respecter la règle en s’assurant de la bonne lisibilité et visibilité de votre “bandeau d’acceptation des cookies”, ceci afin d’être certain que les visiteurs du site fassent un choix : celui d’accepter ou de refuser l’utilisation des cookies, tout en ayant la possibilité dans les deux cas de naviguer sur votre site.

 

Au grand dam des UX Designer et sans doute au détriment aussi de l’expérience utilisateur, les visiteurs de votre site internet sont désormais habitués à ces petites fenêtres intrusives qui surgissent au chargement de tous les sites (bannières, widgets ou fenêtres modales) ! Dernier petit avantage, vous n’aurez pas non plus besoin dans ce scénario de modifier le code de suivi présent sur votre site. 

 

Bien entendu si vous utilisez différents types de cookies, vous pouvez aussi laisser le choix à l’internaute lesquels il pourra accepter ou refuser (ex. Statistique, navigation, publicité, remarketing, etc.). Dans ce scénario le volume de trafic visible sera inférieur à la réalité mais il ne sera amputé que des visiteurs ayant refusé le suivi statistique. C’est un moindre mal sur un plan de l’analyse de données.

 

Il n’y a pas d’autre solution dans ce scénario puisque que c’est justement l’objet de cette règlementation ne l’oublions pas (RGPD) !

 

Même si nous, comme évoqué en introduction de cet article, la fréquentation de votre site n’est pas impactée, il va falloir s’habituer à analyser pour partie à l’aveugle le trafic de recherche de votre site, au moins pour un temps.

Si cela peut vous rassurer, il en va de même pour vos concurrents et soyez positifs, vous savez désormais que le trafic réel de votre site est probablement supérieur à celui remonté par Google Analytics !

 

 

“My name is FloC”, The Privacy Sandbox et FloC à la rescousse ! Une lueur d’espoir pour les responsables digitaux ? 

Pour finir sur une dernière note positive (n’exagérons rien, rien de grave en soi !), Google a annoncé récemment le lancement d’un projet open-source appelé “The Privacy Sandbox” qui propose une nouvelle manière d’analyser les visites et parcours des internautes sur le web en analysant les données collectées non plus de manière individuelle mais par groupe appelé “cohortes”.  

 

Non de code de cette nouvelle approche : FloC pour “Federated Learning of Cohorts” (Source Blog Google). Des tests sont déjà lancés notamment aux États-Unis, au Brésil, au Canada et en Australie.

 

À suivre de près donc. L’écosystème Google étant en ébullition, ce projet sera peut-être intégré aux évolutions de Google Analytics 4, Nous en parlerons très probablement prochainement sur notre blog digital ! 

 

UN PROJET ? CONTACTEZ-NOUS !

FIG. 1 – Exemple de bloquage des cookies par les navigateurs, dans cet exemple Safari.
Un projet de site web ?

 

Téléchargez notre livre blanc "Réussir son projet web" ! Au menu : comment rédiger son cahier charge web, quelles étapes de conception et de réalisation ? 

Je télécharge !

 

 

Démarrons votre projet