Menu

Tendances

Qu’est ce que le “Crawl budget” et pourquoi est il important en SEO ?

  1. Qu'est-ce que le “Crawl Budget” ?

    Qu'est ce que le budget Crawl et quel est son impact sur mon site web et sur son référencement ? La question nous est souvent posée. Gary Illyes (Google) a précisé cette notion sur le blog du moteur de recherche à destination des webmasters. Ces notions sont un peu techniques, nous en sommes conscients mais si vous êtes curieux, vous trouverez une partie des réponses à ces questions dans cet article et plus globalement dans notre blog.

    Le Crawl Budget ou budget d'exploration en français, est le nombre de pages de votre site internet que Google va parcourir par jour.

    De manière simplifiée, le “Crawl budget” est une combinaison du “taux d'exploration” et de la “demande d'exploration”. Selon Gary Illyes, le budget crawl est le nombre d'URLs que le “Googlebot” peut et veut parcourir. Comme nous le verrons plus bas dans cet article, Google a précisé les facteurs qui influencent le budget d'exploration.

    Le nombre de pages explorées par Google, votre ” budget d'exploration”, est généralement déterminé par la taille de votre site, la ” santé ” de votre site” et le nombre de liens vers votre site. Nous détaillerons là encore ces notions un peu plus loin dans cet article.

    Mais au fait, qu'est-ce que le “Google Bot” ? Googlebot est le nom donné à l'agent automatisé qui parcourt votre site à la recherche de pages à ajouter à son index. Vous pouvez le considérer comme un internaute numérique. C'est en tout cas un travailleur acharné qui à fort à faire compte tenu du nombre de pages web présentes sur la toile !

    Puisqu'il y a des milliards et des milliards de pages sur le Web, il serait peu pratique pour le Googlebot de les explorer de manière continue. Cela consommerait une précieuse bande passante en ligne, ce qui ralentirait les performances des sites Web. Cela constituerait par ailleurs un gaspillage de ressources !

    Google alloue donc un budget de crawl pour chaque site Web. Ce budget détermine la fréquence à laquelle le Googlebot explore le site à la recherche de pages à indexer.



  2. Qu'est-ce que la “Crawl rate limit” ?

    La notion de “Crawl rate limit” ou limite d'indexation est une notion un peu différente de celle du budget de crawl. Elle définit le nombre de connexions simultanées que le Googlebot utilise pour crawler un site et le temps d'attente avant d'aller chercher une autre page.

    La vitesse de votre site influent sur la limite d'exploration. Si un site répond rapidement au Googlebot, alors Google augmentera le taux de d'exploration. En revanche, Google réduira le la “Crawl rate limit” pour les sites Web lents. Google l'indique clairement sur son blog “”Rendre un site plus rapide améliore l'expérience des utilisateurs tout en augmentant le taux de crawl.”.

    Notez qu'il est possible de définir la limite d'exploration dans la Google search console si vous jugez que Google bot passe trop souvent et sature par exemple votre site inutilement. Il n'est en revanche pas possible de lui demander de passer plus souvent !

    Notez également que même si la limite d'exploration n'est pas atteinte, Google peut décider réduire le nombre de pages que son robot explore. La diminution de l'activité du robot s'appelle une réduction de la “demande d'exploration”. Sur quels critères ?

    La popularité, l'obsolescence des contenus ou une refonte de site web peuvent affecter la demande d'exploration. Les pages les plus populaires (c'est-à-dire celles qui ont par exemple une forte notoriété, qui sont beaucoup partagées sur les médias sociaux et qui reçoivent des liens de qualité d'autres sites Web) ont tendance à être explorées plus souvent (Pour Google, populaire=”link authority”. Google tente en revanche d'éviter que les URL ne deviennent obsolètes dans son index. Dans le cas d'une refonte de site internet, la demande d'exploration (crawl demand) augmentera afin de permettre au Googlebot d'indexer les nouveaux contenus et les nouvelles URLs.



  3. Quel est l'impact du Budget Crawl sur mon site web ?

    Bien qu'un bon taux de crawl puisse permettre une indexation plus rapide des nouvelles pages de votre site ou de leur mise à jour, gardez à l'esprit en revanche qu'un taux de crawl plus élevé n'est pas un facteur de classement dans le moteur de recherche.



  4. Quels facteurs influent sur le budget d'exploration de mon site ?

    Voici une liste de ces facteurs qui ont un impact direct sur le budget d'exploration de votre site internet :

    Paramètres des URLs – Sans optimisation sur des CMS, il arrive souvent qu'une URL contienne des paramètres comme (par exemple, une URL de type “http://monsite.fr?id=3” qui renvoie exactement la même page avec son URL réécrite . Ce genre de configuration peut entraîner la création de nombreuses URLs distinctes pour une même page de contenu, ce qui importe négativement le crawl budget, même si toutes ces URLs renvoient vers la même page. Vous pouvez éliminer ce problème en éliminant complètement les paramètres d'URL. Par exemple, si vous exploitez un site de commerce électronique, vous pouvez renommer l'URL des pages produits de http://www.monsite.fr/boutique?produitId=5 en http://www.monsite.fr/boutique/produitId5. Ce faisant, vous éliminerez au moins un paramètre de requête. Autre astuce, si vous devez utiliser des paramètres de requête, veillez à indiquer à Google comment traiter ces paramètres dans la Console de recherche. Cliquez simplement sur “Crawl” dans la barre latérale gauche et sélectionnez “Paramètres d'URL” dans le menu qui apparaît. Sur cette page, vous pouvez modifier vos suggestions et ajouter de nouveaux paramètres afin que Google n'indexe pas les pages en double. Cela modifiera votre budget de crawl pour le référencement. Mais soyez vraiment prudent sur ce point, un mauvais paramètre peut ruiner le référencement de votre site web ! Parlez-en à votre agence web.

    Duplication du contenu – Dans certains cas, les URLs peuvent être totalement uniques sans paramètres de requête et retourner le même contenu. Cela aura également un effet négatif sur le budget. Limitez donc le contenu dupliqué (duplicate content dans le jargon du SEO) car la duplication de contenu peut nuire à votre budget de crawl.

    Pages d'erreur soft 404 – Les pages d'erreur soft 404 ont également un impact sur le budget d'exploration. Heureusement, elles sont également signalées dans la console de recherche.

    Pages piratées – Les sites qui ont été victimes de pirates peuvent voir leur budget d'exploration limité.

    Espaces ou liens infinis – Les sites qui ont des liens illimités ou infinis comme par exemple des calendriers où les utilisateurs peuvent cliquer sur un jour, un mois ou une année.

    Contenu de mauvaise qualité – Si le site souffre d'une mauvaise qualité, il est probable que Google limite le budget d'exploration.

    Limiter les redirections – Chaque fois qu'une des pages de votre site redirige vers une autre page (avec une redirection 301 ou 302), elle utilise une petite partie de votre budget de crawl. Cela signifie que si vous avez beaucoup de redirections, votre budget de crawl pourrait être épuisé avant que le Googlebot n'explore la page que vous voulez indexer.

    Éliminer les liens brisés – Si vous avez beaucoup de liens brisés sur votre site (erreur 404), vous devrez les faire nettoyer si vous voulez maximiser votre budget de crawl. Comment les identifier ? La Search Console de Google les indique. Elle sera une précieuse alliée. Des logiciels plus techniques et réservés aux experts SEO comme Screaming Frog pourront également vous y aider.

    Les liens internes et externes – Le maillage interne de votre site (liens présents dans votre contenu) et les liens externes pointants vers votre site ont également un impact. Il existe une corrélation entre le nombre de liens externes et le nombre d'exploration d'un site par GoogleBot.

    La vitesse et la performance de votre site – Nous l'avons vu plus haut dans cet article, un site rapide favorisera l'indexation de vos pages par Google.

    Mais, plus important encore, la vitesse est aujourd'hui officiellement un critère majeur de classement des pages de votre site dans les pages de résultats de Google (SERP). Comme évoqué dans un article précédent de notre blog, certains outils vous permettent de tester la vitesse de votre site web et de réaliser un premier audit SEO, notamment Google Pagespeed. Choisissez donc le bon hébergeur web et la bonne agence web, et utilisez des caches serveurs.

    De plus, nous vous recommandons d'utiliser un plan du site ou sitemap.xml. Les systèmes de gestion de contenus comme le CMS WordPress, permettent de le faire très facilement.

    Pour conclure, même si cela tombe sous le sens, assurez-vous que le fichier Robots.txt de votre site est bien présent et correctement paramétré !


  5. Votre agence peut-elle nous accompagner dans l'optimisation, la création ou la refonte d'un site internet ?

    Bien entendu ! C'est notre mission depuis 25 ans. Contactez-nous au 02 40 50 77 66. Nous saurons vous apporter notre expertise en terme de conception, de réalisation et de SEO.

Review Overview
SUMMARY
5.0

Qu’est-ce qu’une page canonique ?

  1. Qu'est-ce qu'une balise canonique ?

    Une balise canonical (rel=”canonical”) est un extrait de code HTML qui définit la version principale des pages dupliquées, quasi-dupliquées et similaires. En d'autres termes, si vous avez le même contenu ou un contenu similaire disponible sous différentes URL, vous pouvez utiliser les balises canonical pour spécifier quelle version est la version principale et donc celle qui doit être indexée par Google.

    Une balise canonical (alias “rel canonical”) est donc un moyen d'indiquer aux moteurs de recherche qu'une URL spécifique représente la copie d'une page “maître”.

    L'utilisation de la balise canonical permet d'éviter les problèmes causés par un contenu identique ou ” dupliqué ” apparaissant sur plusieurs URL (duplicate content).

    En synthèse et de manière pratique, la balise canonical indique aux moteurs de recherche quelle version d'une URL vous souhaitez voir apparaître dans les résultats de recherche, donc la page canonique.


  2. À quoi ressemble une balise canonical ?

    Les balises canoniques utilisent une syntaxe simple et cohérente, et sont placées dans le code de votre page web :

    Voici ce que chaque partie de ce code signifie en langage clair :

    link rel=”canonical” : Le lien dans cette balise est la version maître (canonical) de cette page.

    href=”https://exemple.com/page-exemple/” : La version canonique, donc la principale, se trouve à cette URL.


  3. Pourquoi la canonicalisation est-elle importante pour le référencement (SEO) ?

    Lorsque les moteurs de recherche parcourent de nombreuses URL avec un contenu identique (ou très similaire), cela peut causer un certain nombre de problèmes de référencement (SEO).

    Le moteur de recherche Google en particulier n'aime pas le contenu dupliqué (duplicate content).

    Tout d'abord, si les robots de recherche doivent parcourir trop de contenu en double, ils peuvent manquer une partie de votre contenu unique et principal.

    Cela consomme par ailleurs inutilement votre “budget d'exploration” (crawl budget). Cela signifie que Google peut finir par perdre du temps à parcourir plusieurs versions de la même page au lieu de découvrir d'autres contenus importants sur votre site Web.

    Forcer Google à perdre du temps à explorer du contenu en double est, bien sûr, quelque chose qui devrait être évité si possible. Mais pas de panique pour autant sur ce point selon Google, si votre site “ne contient que quelques milliers de pages”. Cela ne devrait donc pas poser de souci à la majorité des sites de PME – PMI.

    En effet, Google affirme sur son blog que ce n'est pas un problème pour la plupart des sites :

    “Si les nouvelles pages ont tendance à être crawlées le jour même de leur publication, le budget de crawl n'est pas quelque chose sur lequel les webmestres doivent se concentrer. De même, si un site a moins de quelques milliers d'URL, la plupart du temps il sera crawlé efficacement”.

    En revanche, la duplication à grande échelle peut diluer votre capacité de classement. Et surtout, même si votre contenu est bien classé, les moteurs de recherche peuvent choisir la mauvaise URL comme “originale”. Cela est souvent plus ennuyeux !

    L'utilisation de la canonicalisation vous aide à contrôler votre contenu dupliqué. La balise canonical indique donc aux moteurs de recherche quelle version d'une page à indexer et ils n'en indexeront qu'une seule mais la principale !


  4. Comment insérer une balise canonique ?

    Comme évoqué plus haut, il faut l'insérer dans le code HTML de votre page et là cela peut-être un peu technique.

    Si vous utilisez le CMS WordPress, ce que nous vous recommandons vivement, c'est très simple et il vous suffit de préciser l'URL canonique dans l'article dupliqué que vous éditez, comme le montre ce visuel !

    Page canonique wordpress

  5. Dans quels cas utiliser une balise canonique ?

    Il est possible d'utiliser la balise canonical sur les quasi-doublons (pages avec un contenu très similaire), mais il faut procéder avec prudence. Il y a beaucoup de débats sur ce sujet, mais il est généralement acceptable d'utiliser la balise canonical pour des pages très similaires, comme une page de produit qui ne diffère que par la devise, l'emplacement ou un petit attribut du produit.

    Gardez à l'esprit que les versions non canoniques de cette page peuvent ne pas être éligibles pour le classement, et si les pages sont trop différentes, les moteurs de recherche peuvent ignorer la balise.


  6. Balises canoniques ou redirections 301 ?


    Ces deux solutions créent deux résultats très différents pour les “crawlers” de recherche et les visiteurs du site.

    Si vous effectuez une redirection permanente de type 301 de la Page A vers la Page B, alors les vrais visiteurs (humains) seront amenés automatiquement vers la Page B et ne verront jamais la Page A.

    Si vous effectuez une redirection 301 de type Page A vers Page B, alors les moteurs de recherche sauront que la Page B est canonique, mais les internautes pourront visiter les deux URL.

    Assurez-vous donc que la solution retenue correspond au résultat souhaité !


  7. Quelle est mon URL canonique selon Google ?

    Pour cela vous pouvez utiliser l'outil d'inspection d'URL présent dans votre Google Search Console pour découvrir la page que Google considère comme étant canonique. 

    Notez que même si vous désignez explicitement une page canonique, il se peut que Google choisisse une autre page comme page canonique, selon différents critères, comme par exemple les performances ou le contenu.


  8. Votre agence web peut-elle m'accompagner ?


    Oui bien entendu ! Tout cela vous semble peut-être un peu technique. N'hésitez pas à nous contacter au 02 40 50 77 66.

    Notre agence a en 2020, 25 ans d'existence et d'expertise. N'hésitez pas à nous faire part de vos problématiques d'optimisations, de création ou de refonte de site internet.

Comment tester la performance de votre site web ?

Comment réaliser un audit de performance de votre site web ? 

Vous souhaiter réaliser un audit de la “performance” de votre site web, mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Voici quelques outils simples et gratuits pour identifier les principaux points d’optimisation. 

 

Votre agence web pourra bien entendu compléter cet audit avec des outils professionnels mais c’est un bon début ! 

 

 

  • Comment tester la compatibilité mobile de votre site web ?

    Le plus simple est d'utiliser l'outil de test d'optimisation mobile fourni gratuitement par Google.


  • Comment tester la vitesse de mon site et le temps d'affichage des pages ?

    Là encore Google est votre allié ! Nous vous recommandons d'utiliser PageSpeed Insights.

    Cet outil en ligne vous donne des indications sur la performance de votre site dans les contextes Desktop et mobile. Rappelons qu'aujourd'hui, le plus important des indicateurs en matière de SEO est le contexte mobile.


  • Quels outils complémentaires utiliser pour tester la performance de votre site internet ?

    Voici quelques outils complémentaires assez techniques mais bien utiles en complément de PageSpeed Insight pour identifier les points d'optimisation : GTmetrix, pingdom, Uptrends, Yellolab.

    Ils demandent en revanche un certain niveau d'expertise pour être exploités.


  • Comment évaluer l'indexation de mes pages par Google ?

    Il suffit de vous connecter à la Search Console Google si elle a été correctement configurée sur votre site.

    Vous y trouverez des informations et des outils bien utiles comme par exemple : la performance de votre site internet, la couverture des pages indexées, les améliorations suggérées par Google, les pages soumises et indexées via votre sitemap.xml, la vitesse d'affichage de vos pages web, les recommandations de Google sur le plan de l'ergonomie mobile, l'indexation des pages AMP si votre site utilise le format AMP, l'indexation des données structurées et les éventuelles erreurs associées à corriger.

    Bref, c'est sans doute l'un de premiers outils à consulter avant d'envisager ses optimisations voire une refonte de votre site internet !


  • Quels outils pour aller plus loin en terme de SEO ?

    Pour aller plus loin en terme de référencement et de SEO, il existe de nombreux outils professionnels et spécialisés. Souvent réservés aux experts et à votre agence web, ils sont généralement payants.

    Nous pouvons citer par exemple Streaming Frog, SEMrush ou encore Magestic SEO.



  • Votre agence web peut-elle nous accompagner dans l'optimisation de notre site, voire une refonte ?

    Bien entendu. Notre agence web a été créée en 1995 à Nantes, et 25 ans d'expertise ça compte ! Si vous êtes arrivé sur cette page ce n'est probablement pas un hasard.

    Contactez-nous au 02 40 50 77 66 et parlons de votre projet autour d'un café ?

Qu’est ce que l’A/B Testing et pourquoi l’utiliser ?

A/B Testing

Qu’est-ce que l’A/B Testing ?

Le test A/B (également connu sous le nom de “AB Testing”, “split testing” ou “bucket test”) est une méthode permettant de comparer deux versions d’une page Web ou d’une application l’une par rapport à l’autre afin de déterminer celle qui fonctionne le mieux.

 

Le test AB est essentiellement une “expérience” au sens scientifique, permettant de valider une ou plusieurs hypothèses marketing, lors de laquelle plusieurs variantes d’une page ou d’un écran sont diffusées aux utilisateurs au hasard, suivi d’une analyse statistique permettant de  déterminer quelle variation est la plus efficace pour un objectif de conversion donné.

 

De manière concrète, l’A/B Testing permet par exemple de tester l’efficacité de deux landing pages et d’améliorer les taux de conversions de vos campagnes SEO ou SEAd’optimiser le parcours d’achat d’un site e-commerce ou tout simplement d’améliorer l’UX de votre site internet.

 

L’exécution d’un test A/B qui compare par exemple une variation par rapport à une expérience actuelle, vous permet de poser des questions ciblées sur les modifications apportées à votre site Web ou à votre application, puis de recueillir des données sur l’impact de ces modifications.

 

Ces tests permettent de prendre des décisions éclairées, données à l’appui en évitant les débats internes subjectifs au sein des équipes de conception, du marketing et les créatifs que nous avons tous vécus (Ex. suppositions du type “je pense que Call To Action serait mieux en vert sur la page d’accueil de votre site internet”).

 

En mesurant l’impact des changements sur vos mesures grâce aux split tests, vous pouvez vous assurer que chaque changement produit vous permet d’obtenir des résultats positifs en dépassant les simples opinions personnelles.

 

Il est bien entendu essentiel de mesurer la valeur créée par vos campagnes de marketing et de publicité. Nous pouvons désormais non seulement stocker et analyser des données, mais aussi créer des données exploitables à l’aide de tests A/B.

 

En résumé, les tests A/B permettent donc d’expérimenter et de comparer deux types ou variations d’une campagne en ligne ou hors ligne, tels qu’une page d’accueil, un texte publicitaire, un titre, un appel à l’action ou tout autre élément d’une campagne marketing ou publicitaire (ex. emailing, campagne Adwords). En affichant deux variantes de votre campagne, vous pouvez voir laquelle attire le plus d’interactions et de conversions de la part de vos clients.

 

En étant capable de voir clairement à quel client de la campagne a réagi le plus, vous serez alors en mesure de modifier votre stratégie pour créer un contenu plus attrayant pour vos clients cibles ! 

 

 

Comment fonctionne l’ AB Testing ?

Lors d’un test A/B, vous prenez une page Web ou un écran d’application et vous la modifiez pour créer une deuxième version de la même page.

 

Ce changement peut être aussi simple qu’un simple titre ou bouton, mais vous seriez parfois surpris de l’impact de léger détail !. Il peut également s’agir d’une refonte complète votre page d’accueil.

 

Ensuite, la moitié de votre trafic est dirigé vers la version originale de la page et l’autre moitié la version modifiée de la page, appelée  “variation”.

 

Au fur et à mesure que les visiteurs se voient servir la page originale ou la variation, leur engagement dans chaque expérience est mesuré et recueilli dans un tableau de bord analytique et analysé à l’aide d’un moteur statistique. Nous utilisons à l’agence les outils d’A/B Testing couplé à des objectifs ou des conversion créés grâce à l’outil Google Tag Manager.

 

Vous pouvez ensuite déterminer si la modification de l’expérience a eu un effet positif, négatif ou nul sur le comportement des visiteurs.

 

Nous parlons d’un variante lors d’un Test A/B mais vous pouvez bien entendu réaliser des tests multi-variantes !

 

Il y a encore quelques années, la mise en place de ces tests était relativement lourde car elle nécessitait de développer les n variantes de pages. Les solutions utilisées par l’agence sont aujourd’hui beaucoup plus souples car elles permettent de créer des variantes d’une page sans la dupliquer, à la manière d’un “Page Builder”. C’est peut-être un peu technique mais retenez que cela peut ce faire sans modifier le code de la page originale !

 

 

Pourquoi mettre en place un test A/B ?

Désolé de vous “spoilier” mais la réponse est pour obtenir des résultats !

 

Les tests A/B vous permettent en collaboration avec votre agence web, d’apporter des changements judicieux à l’expérience utilisateur, tout en recueillant des données tangibles sur le comportement des visiteurs de votre site web ou de votre application.

 

Cela permet de construire puis de valider ou infirmer des hypothèses, et ainsi de mieux comprendre pourquoi certains éléments de l’expérience utilisateur ont un impact sur leur comportement.

 

Pourquoi se baser sur de simples opinions sur la meilleure expérience utilisateur pour un objectif donné, si le résultat peut être prouvée par un test A/B ?

 

Comme nous l’évoquions dans un précédent article, pour obtenir plus de Leads ou de Ventes, il arrive trop souvent que l’on se concentre sur les leviers permettant d’augmenter le trafic comme par exemple le budget Adwords. Cela fonctionne mécaniquement… mais à quel coût ? Améliorer les conversions en intervenant sur l’UX est dans un premier temps plus judicieux. Sortez vos calculettes (non ce n’est pas la peine !).

 

  • Si vous dépensez 100 pour amener des visiteurs sur une landing page, que votre taux de conversion est de 1% et que votre CA par vente est de 200, alors vous dépensez 100 pour gagnez 200.
  • Si vous dépensez toujours 100 pour amener des visiteurs sur votre landing page, que votre taux de conversion passe à 2% grâce à l’A/B Testing parce que vous avez par exemple amélioré votre tunnel d’achat et que votre CA par vente est toujours de 200, alors vous aurez toujours dépensé 100 mais pour gagner cette fois 400 ! CQFD. Et en matière de conversion, tous les détails comptent ! 

 

 

Méthodologie d’un Test A/B

Les grandes étapes d’un test A/B sont les suivantes.

 

  • Recueillir des données : Vos analyses vous donneront souvent un aperçu des points sur lesquels vous pouvez commencer à optimiser vos pages. Il est utile de commencer par les zones à fort trafic de votre site ou de votre application, car cela vous permettra de recueillir des données plus rapidement. Recherchez les pages avec de faibles taux de conversion ou des taux de chute élevés qui peuvent être améliorés.
  • Déterminer les objectifs : Vos objectifs de conversion sont les mesures que vous utilisez pour déterminer si la variation est plus réussie que la version originale. Les objectifs peuvent aller du simple fait de cliquer sur un bouton ou un lien à l’achat d’un produit et à l’inscription par courriel.
  • Générer des hypothèses : Une fois que vous avez identifié un objectif, vous pouvez commencer à générer des idées et des hypothèses de tests A/B pour expliquer pourquoi vous pensez qu’elles seront meilleures que la version actuelle. Une fois que vous avez une liste d’idées, classez-les par ordre de priorité en fonction de l’impact attendu et de la difficulté de mise en œuvre.
  • Créer des variations : Apportez les modifications souhaitées à un élément de votre site Web ou de votre application mobile. Il peut s’agir de changer la couleur d’un bouton, de changer l’ordre des éléments de la page, de masquer des éléments de navigation ou quelque chose d’entièrement personnalisé. Assurez-vous d’assurer la qualité de votre expérience pour vous assurer qu’elle fonctionne comme prévu.
  • Lancez vos tests : Lancez votre “expérience” et attendez que les visiteurs participent ! À ce stade, les visiteurs de votre site ou de votre application seront assignés de façon aléatoire à la page originale ou à la variation de votre expérience. Leur interaction avec chaque expérience est mesurée, comptée et comparée pour déterminer leur performance.
  • Analyser les résultats : Une fois votre expérience terminée, il est temps d’analyser les résultats. L’outil de test A/B présentera les données de l’expérience et vous montrera la différence entre les deux versions de votre page et s’il y a une différence statistiquement significative. Votre agence web vous aidera là encore à les interpréter.

 

Plusieurs cas de figure :

 

  • Si votre page variation est gagnante, félicitations ! Voyez si vous pouvez appliquer les leçons tirées de l’expérience à d’autres pages de votre site et continuer à répéter l’expérience pour améliorer vos résultats.
  • Si votre expérience génère un résultat négatif ou aucun résultat, ne vous inquiétez pas. Utilisez l’expérience comme une expérience d’apprentissage et générez de nouvelles hypothèses que vous pouvez tester.

 

L’UX, le Design et l’optimisation de pages ou de conversions sont des processus itératifs de type “Learn and Try”. Alors, “essayons” ensemble ? 

 

 

CONTACTEZ-NOUS !

Cache Varnish et performance de votre site web

Varnish Cache

Cache Varnish et performance de votre site web

Selon la documentation officielle, Varnish Cache est un accélérateur d’application web également connu, si vous voulez briller en soirée, sous le nom de reverse proxy HTTP. Il peut accélérer la performance de votre site web et le temps d’affichage de vos pages web avec un facteur de 300 à 1000x, en fonction de votre architecture.

 

Aujourd’hui de nombreux sites parmi les plus consultés au monde utilisent cette technologie, on peut notamment citer Facebook, Twitter, Wikipedia, … 

 

Mais Varnish peut aussi accélérer votre site WordPress ! Il est sur le plan budgétaire accessible. En tant qu’hébergeur web, nous le proposons pour toutes nos offres d’hébergement mutualisé, dédié ou virtuel. N’hésitez pas à nous consulter.

 

La vitesse de chargement des pages : un enjeu majeur 

Le temps de chargement des pages de votre site web est un enjeu majeur dans votre projet de refonte web ou dans la phase d’optimisation de votre site internet. Pourquoi ?

 

Tout d’abord, la vitesse de chargement des pages influe bien entendu sur les comportements de vos visiteurs et prospects. La majorité de vos visiteurs attendent qu’une page se charge en moins de deux secondes. Mais saviez-vous que près de 40% des internautes quittent une page si elle a mis plus de 3 secondes à s’afficher ? Qu’en est-il du votre ? Vous pouvez le tester en cliquant sur ce lien.

 

Vous n’êtes pas encore convaincu ? Selon différentes études, un retard d’une seconde dans le temps de chargement des pages induit en moyenne :

 

  • 11 % de pages vues en moins ;
  • Une diminution de 16 % de la satisfaction de la clientèle ;
  • 7 pour cent de pertes de conversions.

 

Mais comme nous l’évoquions également dans un précédent article, la vitesse de chargement des pages est également un critère SEO majeur. La performance de votre site influe directement sur votre référencement et disons le plus clairement dans votre positionnement sur le moteur de recherche Google, et principalement la vitesse de chargement des pages web dans un contexte mobile.

 

 

Pourquoi utiliser Varnish ?

Nous le disions en introduction, Varnish est un serveur de cache HTTP open source, accélérateur web ou reverse proxy. Sorti en 2006, il est destiné à accélérer le temps de réponse des sites web et des APIs. Varnish permet d’augmenter la vitesse d’un site Web, de réduire le temps de traitement des requêtes entrantes, tout en réduisant la charge sur le serveur Web.

 

Bien qu’il existe plusieurs techniques et stratégies pour aider à accélérer les applications et les sites web modernes, la mise en cache est l’une des plus efficace !

 

Expliquons cela ! Sans serveur de cache, chaque visite d’une page de votre site WordPress par exemple est directement transmise au serveur web qui les traite et renvoi des réponses. Ainsi, chaque fois qu’un utilisateur visite une page particulière, votre “front-end” fait un appel HTTP au serveur web pour récupérer le contenu demandé.

 

Même si votre hébergeur est performant et que votre site utilise PHP7, cela peut-être encore optimisé de manière significative avec un serveur de cache Varnish. Cela vous permet de vous démarquer de vos concurrents. Vos visiteurs et Google l’apprécieront et vos ventes aussi probablement !

 

Par ailleurs, pour des applications web, des sites e-commerce complexes ou des sites internet à fortes volumétries, un grand nombre de visites simultanées sur votre site engendreront un grand nombre de requêtes entrantes, ce qui engendrera au mieux une augmentation des temps d’affichage et au pire une page blanche…

 

Notre agence héberge des sites à forts trafic renommés, événementiels ou faisant l’objet de reportages aux journaux télévisés.

 

Lorsque par exemple la startup ShareMySea fait l’objet au JT de 20H sur TF1, ce sont des dizaines de milliers de visiteurs simultanés que le site doit supporter. Varnish ne vous dispense pas d’une architecture web performante, mais nous le disions en introduction, il permet pour une architecture et un dimensionnement serveur identique de servir jusqu’à 1000 fois plus de pages simultanément.  

 

 

Comment fonctionne Varnish ?

L’objectif du serveur de cache Varnish est de soulager les serveurs d’applications en servant les données depuis son cache stockées en mémoire vive plutôt que par appel au serveur d’application à chaque requête ou chaque visite de page. Le principe est de servir à l’identique des données qui sont demandées régulièrement.

 

Chaque requête HTTP du navigateur ira donc d’abord sur le serveur Varnish. Si la requête courante n’a pas été trouvée dans le cache, Varnish interrogera le serveur d’application, mettra la réponse en cache et renverra le résultat au navigateur web. Toutes les demandes suivantes d’URLs similaires seront servies à partir du cache Varnish, ce qui déchargera votre serveur d’application. Magique et juste redoutable d’efficacité ! 

 

Avec Varnish, si plusieurs visiteurs sollicitent la même ressource, Varnish la demande une seule fois et la transmet ensuite à tous les visiteurs en même temps et, s’il est autorisé à mémoriser une réponse, il ne la demande plus au serveur, pour un temps donné.

 

Varnish peut également servir de répartiteur de charge (aussi appelé “Load balancer”) entre plusieurs serveurs selon le “principe Round Robin”. Il peut également jouer un rôle sur le plan de la sécurité en tant que premier écran de protection entre d’éventuels tentatives d’intrusions et votre site. Mais c’est un peu technique et ce n’est pas l’objet de cet article.

 

Un dernier avantage de cette approche est que Varnish améliorera la disponibilité de votre site Web. Par exemple, si votre site “crash”, les pages seront quand même servies à partir du cache Varnish sans impact pour vos visiteurs et vos ventes en période de Noël ou de Black Friday si vous disposez d’un site-commerce !

 

L’option Cache Varnish est disponible pour toutes nos offres d’hébergement, y compris pour les hébergements mutualisés WordPress. Pensez-y ! 

 

 

CONTACTEZ-NOUS !

Agence WordPress Nantes

WordPress, l’outil de gestion de contenu le plus populaire au monde

Avec plus de 75 millions de sites Web dans le monde, WordPress est de loin la solution de gestion de contenu web la plus utilisée au monde.

 

Le “plus” de WordPress est qu’il est facile à utiliser et très flexible. C’est la raison principale pour laquelle WordPress a gagné en popularité. Selon une enquête récente, WordPress est le CMS utilisé par plus de 28% des sites Internet dans le monde.

 

Il est plus répandu que Joomla ou Drupal, ce dernier encore plus puissant étant réservé à des sites plus “complexes”.

 

En raison de ses nombreuses fonctionnalités et sa robustesse, de nombreuses  sociétés utilisent WordPress pour créer et gérer leurs sites Web, notamment: Time Magazine, Google, Facebook, Sony, Disney, LinkedIn, The New York Times, CNN, eBay, etc.

 

Des blogs célèbres comme Mashable et TechCrunch sont également tous deux sur WordPress. Pourquoi ne pas envisager vous aussi de développer votre site avec WordPress ?

 

 

Créer son site web avec WordPress

WordPress est un outil de création de sites web “open source” en ligne écrit en PHP, ce qui signifie que le code source du logiciel est disponible gratuitement pour que chacun puisse l’étudier, le modifier et l’utiliser.

 

Mais dans le langage “non-geek”, c’est probablement le système de gestion de contenu de blogs et de sites Web (ou CMS pour Content Management System en anglais) le plus facile et le plus puissant et le plus simple d’utilisation qui existe aujourd’hui ! Cette solution de gestion de contenu est “SEO friendly”. Il est écrit en utilisant un code informatique “compatible avec les grands standards techniques”, ce qui rend votre site facilement indexable par les moteurs de recherche.

 

Il existe plus de 50 000 plug-ins WordPress (souvent gratuits), tels que diaporamas, formulaires de contact, optimisation SEO, e-commerce, etc.

 

WordPress est personnalisable. Son framework flexible permet aux concepteurs et développeurs de modifier des mises en page, de créer des thèmes et des plug-ins spécifiques.

 

 

Création de sites WordPress à Nantes, contactez notre agence  !

WordPress est devenu la plate-forme la plus populaire pour le développement de blogs et de sites web. Il y a de nombreuses raisons à cela, et nous n’en avons mentionné ici que quelques-unes.

 

Si vous décidez de créer votre nouveau site web avec WordPress, rencontrons-nous, nous vous accompagnerons à chaque étape de votre nouvelle aventure !

 

Notre agence basée à Nantes, dispose de nombreuses expertises web complémentaires et de plus de 25 ans d’expérience :

 

  • Stratégie digitale
  • Conception
  • Design & UX
  • Développement Full Stack
  • Base de données
  • Hébergement Web
  • Mises à jour de votre site.

 

Contactez-Nous !

Google Bert arrive ! Quels impacts sur votre SEO ?

SEO BERT Google

Qu’est ce que l’algorithme BERT ?

Google vient d’annoncer la dernière mise à jour de son moteur de recherche : l’algorithme BERT. Google l’a annoncé le 24 octobre 2019, mais a indiqué qu’elle est déjà en place depuis quelques jours.

 

Selon ce communiqué, Google annonce que ce nouvel algorithme du moteur de recherche affectera 10% des requêtes, ce qui signifie que c’est l’une des plus grandes mises à jour de Google des 5 dernières années !

 

 

 

Que signifie BERT ?

BERT signifie “Bidirectional Encoder Representations from Transformers” et est une “technique basée sur un réseau neuronal pour le préformage au traitement du langage naturel ou NLP (acronyme de Natural Language Processing). Nous parlons ici de machine learning et d’intelligence artificielle

 

Cela vous semble assez déroutant ? Pas de panique, ce n’est que du jargon technique. Nous allons vous expliquer exactement ce que cela signifie dans cet article !

 

 

 

Qu’est-ce que la mise à jour Google BERT ?

Cette nouvelle mise à jour vise essentiellement à mieux interpréter “l’intention des requêtes de recherche”, ce que nous appelons “insight”. Dit plus simplement il s’agit de mieux interpréter le langage naturel utilisé par les internautes dans la formulation de leurs recherches. C’est une tendance de fond annoncée par Google et associée notamment à la montée en puissance des recherches vocales effectuée sur nos smartphones ou assistants personnels type Google Home. 

 

Au lieu d’examiner la requête de recherche de l’utilisateur mot par mot, cet algorithme permet à Google de mieux interpréter l’expression entière afin d’afficher des résultats plus précis. 

 

Dans une phrase de légères modifications ou même de simples mots dans une requête de recherche peuvent modifier considérablement l’intention de la recherche ! Google indique par exemple que les résultats de recherche sont différents lorsqu’il interprète le moment où un utilisateur cherche des informations sur un voyage aux États-Unis par rapport à un voyage en provenance des États-Unis.

 

BERT doit donc permettre de mieux appréhender et mieux comprendre les requêtes complexes, qu’elles soient saisies sur un ordinateur sur smartphone ou posées à l’assistant vocal Google Home. Le nouvel algorithme impacterait ainsi environ 10% des requêtes, les requêtes les plus longues. Les plus courtes et donc la majorité d’entre elles ne seront donc pas importées.

 

Avec cette nouvelle mise à jour, Google s’améliore dans l’interprétation de ce que les utilisateurs recherchent vraiment lorsqu’ils font des recherches.

 

 

 

Quel impact sur votre référencement ?

Nous vous recommandons tout d’abord d’observer dans vos statistiques Google Analytics si il y a des changements importants dans votre trafic au cours des prochaines semaines. BER ne sera probablement pas déployé tout de suite en France, car il est nécessaire pour Google de collecter d’abord des données sur la langue anglaise avant de pouvoir lancer l’algorithme sur d’autres langues et zones géographiques.

 

Bonne nouvelle, à la différence de mises à jours précédentes, BERT n’est pas un algorithme destiné à pénaliser les sites internet.  Il est juste destiné à mieux comprendre la requête utilisateur et l’intention de recherche.

 

Nous vous recommandons donc de vous assurer que vos contenus répondent aux questions de votre public cible et de vos personas.

 

Que faire si votre trafic baisse ? Si vous constatez une baisse de trafic, n’effectuer pas de modifications majeures à vos contenus existants. Google a l’habitude de déployer des mises à jour, et de les “peaufiner” dans les semaines qui suivent.

 

Cela dit, si vous perdez du trafic et que vous continuez à en perdre dans les semaines à venir, quelques recommandations  :

 

  • Identifiez les requêtes ou les mots-clés à l’origine de la baisse de trafic : Allez dans la Search Console et lancez un rapport de comparaison. Cliquez ensuite sur les requêtes et regardez celles pour lesquelles vous avez perdu du trafic. Cela vous montrera quelles requêtes de recherche vous devez examiner.
  • Déterminez le classement actuel : Recherchez les requêtes dans Google et voyez quels types de contenus sont désormais positionnés. S’agit-il d’un type de contenu différent ? Est-ce que c’est une autre façon de voir les choses ? Est-ce qu’il répond à une question légèrement différente ?
  • Modifiez ou ajustez le contenu : Ajustez votre contenu pour qu’il corresponde au contenu en cours de classement, ou créez de nouveaux contenus

 

 

Google Bert en synthèse 

La nouvelle mise à jour de Google BERT est sans doute l’une des plus grandes mises à jour des 5 dernières années en terme de SEO.

 

Il n’y a pas de quoi s’inquiéter parce que cette mise à jour n’est pas axée sur une quelconque pénalisation. Au lieu de cela, BERT est axé sur une meilleure compréhension de l’intention de recherche ! 

 

 

UN PROJET ? CONTACTEZ-NOUS !

Zoning, Wireframe, Maquette ?

Wireframe-UX-UI

Zoning, Wireframe, Maquette … KEZAKO ?

Dans tout projet digital, qu’il s’agisse d’un projet web, d’une application web ou d’une application mobile, l’ergonomie des interfaces et l’expérience utilisateur (UX et UI) sont des éléments fondamentaux. Tout comme le design graphique nous direz-vous ? Vous avez rédigé votre cahier des charges et vous voulez que votre agence de communication digitale produise une maquette  ? 

 

Oui mais patience, tout est question d’étape et surtout de méthode ! 

 

Lors de la phase de conception d’un projet digital, et passée la phase de définition de l’arborescence (organisation des contenus et de la structure), vous entendrez parler de Zoning, de Wireframe, de Prototype et de Maquette. Bien que parfois utilisés indifféremment à tort par certains chefs de projet digitaux lors de la phase de conception des interfaces utilisateurs, ces termes correspondent à des outils de conception distincts et complémentaires lors des phases de design des interfaces.

 

La conception d’un site web se découpe en quatre grandes étapes :
 
  • La définition de l’arborescence ou squelette du site : organisation et hiérarchisation de l’information, des contenus et des fonctionnalités ;
  • La conception de la navigation (ex. Menu principal, système de navigation secondaire, navigation contextuelle) ; 
  • La conception de l’interface utilisateur : sélection et disposition des éléments d’interface qui permettent aux utilisateurs d’interagir avec les contenus et fonctionnalités (menus, boutons d’actions, champs de saisie, menu déroulant, boutons radios, …) ;
  • La conception graphique de l’interface traduite par une maquette (identité visuelle, polices, choix des visuels, …).

 

Lors des ces différentes phases, la définition préalable des objectifs du site et des personas nous aident à définir les interfaces et les parcours utilisateurs.

 

Zoning, Wireframes, Mockup, quelles sont les différences ? À quoi servent-il ? Quels outils privilégier pour votre projet et à quel stade ? Tentons de répondre à ces quelques questions et commençons par quelques petites définitions. Petit point donc sur la terminologie ! 
 

 

Qu’est-ce qu’un zoning ?

Le zoning est une représentation globale d’une page permet de schématiser “grossièrement” une page web grâce à l’utilisation de blocs. L’objectif est de présenter l’emplacement des zones de contenu et des grandes fonctionnalités.

 

C’est une première étape déterminante pour définir l’organisation générale des pages d’un projet. Elle arrive juste après la création d’une arborescence.

 

Le zoning permet de présenter une première approche d’une page web afin d’en valider les grands axes (zones de contenu, fonctionnalités, hiérarchie, …).

 

La validation des zonings constitue une étape déterminante, préalable à la définition des Wireframes. Les zonings permettent par exemple d’identifier une surcharge d’information sur la page d’accueil d’un site web.

 

 

Qu’est-ce qu’un Wireframe ? 

Les wireframes exploitent les zoning réalisés lors de la phase précédente pour préciser chaque bloc en introduisant les contenus présents. Un wireframe est équivalent au squelette ou à la structure simple d’une page web ou de l’écran d’une application mobile. Il est beaucoup plus détaillé que le zoning.

 

Le wireframe est la suite logique du zoning. Chaque bloc réalisé lors de l’étape précédente se voit doté d’image(s), de texte(s) ou de vidéo(s). Ce contenu peut être fictif (ex. Lorem Ipsum) car les informations finales ne sont pas toujours connues à ce stade du projet. De plus l’étape de “wireframing”  se concentre sur l’ergonomie, et utiliser de vrais textes lors de cette étape détournerait l’attention de cet objectif principal. Le wireframe n’est pas une maquette !

 

Un wireframe, aussi appelé “maquette fil de fer” en français, est donc une représentation filaire d’un site internet en noir et blanc, et dépourvus de couleurs, de choix de polices, de logos qui décrit la taille, l’organisation et l’emplacement précis des éléments de la page, les fonctionnalités du site, moteur de recherche, les boutons d’action (CTA) et les éléments de navigation de votre site Web sans aucune notion graphique. L’aspect visuel ne sera traité que lors de la phase suivante de maquettage.

 

Cette étape est d’autant plus importante lors de la définition d’une page produit sur un site e-commerce.

 

Lors d’un atelier de conception web, le Wireframe place l’ergonomie au premier plan (simplicité de navigation, lisibilité, …). Les wireframes permettent aux différents membres du groupe projet de se projeter et de valider définitivement les fonctionnalités attendues

 

Les Wireframes sont aussi parfois utilisés dans le cadre de la rédaction de spécifications fonctionnelles pour mieux présenter chaque fonctionnalité. 

 

Créer des wireframes permet de rendre le processus de conception itératif. Il permet de gagner du temps lors de la phase de maquettage et de design graphique. Il permet ensuite d’en gagner également lors de la phase de réalisation car les équipes de développement comprendront plus facilement le résultat final attendu. Construiriez-vous une maison sans les plans en commençant par la décoration ? Probablement, non. Et bien c’est la même chose pour une site web. C’est assez logique et l’expérience montre que cela fonctionne !

 

 

Qu’est-ce qu’un mockup ?

Un Mockup permet de transformer une wireframe en page web ou écran interactif. Il est alors possible d’ajouter des liens afin de présenter les principes de navigation du projet. Il est même possible de rendre un formulaire fonctionnel afin de faire des simulations, en intégrant les exigences techniques et donc, l’affichage de messages d’erreur ou de confirmation en fonction des informations saisies.

 

La frontière entre wireframe et mockup est mince. Un wireframe est donc un mockup lorsque l’interface est interactive. Le mockup n’est pas une étape systématique, ni toujours nécessaire.

 

 

Qu’est-ce qu’une maquette ?

Une fois les wireframes validés, ils servent de base de réflexion et de travail aux créatifs (Directeur Artistique, UI Designer, ou Webdesigner), afin de concevoir les maquettes. Les créatifs viendront les enrichir en respectant bien entendu le cahier des charges et les grands principes validés.

 

La maquette est la dernière phase de conception. Elle présentera pour chacun des gabarits de page, le rendu et la mise en page finale : respect de la charte graphique, identité visuelle, choix des polices, micro-interactions, …

 

Une fois les maquettes validées,  la phase de développement et de création de votre site internet par votre agence web pourra commencer. 

 

UN PROJET ? CONTACTEZ-NOUS !

Comment optimiser les pages produits de votre site ecommerce ?

optimiser e-commerce

Pourquoi optimiser vos pages produit ?

Vous souhaitez créer une boutique en ligne  (site e-commerce Woocommerce, Prestashop ou Magento) ou vous souhaitez optimiser le taux de transformation de votre site marchand, et de fait votre chiffre d’affaires ? Cet article est écrit pour vous.

 

Vous y trouverez quelques conseils souvent de bons sens, et qui ont fait leur preuve en matière d’optimisation des conversions. Bonne lecture !

 

Votre stratégie de référencement naturel ciblé vous permettra de vous apporter du trafic et des visiteurs, l’optimisation de vos fiches produits vous permettra de les convertir en clients. À quoi servirait-il de faire apparaître votre tout nouveau site marchand Woocommerce en bonne position dans le moteur de recherche Google grâce à votre stratégie SEO, sans convertir vos visiteurs en clients ?

 

La vente en ligne est entrée dans les usages  (e-commerce, mobile commerce, voice commerce). Mais bien que l’industrie du commerce électronique connaisse une croissance rapide, de nombreux sites e-commerce luttent pour stimuler leur trafic, mais aussi, et surtout leurs conversions. La plupart d’entre eux se concentrent sur l’optimisation de leurs tunnels d’achat  pour augmenter les ventes (ex. paniers,  pages de validation de paiement).

 

C’est une excellente idée, mais… la majorité des visiteurs n’atteignent même pas ces pages ! De nombreux clients potentiels décident s’ils veulent acheter votre produit ou quitter votre magasin alors qu’ils visitent encore vos pages produit. Il est donc très important pour les marques de créer des pages produits à forte conversion. Oui mais comment nous direz-vous ?

 

 

 Analysez vos fiches produits

Passez quelques minutes sur votre page produit pour analyser les différents éléments qui les composent et identifiez ceux qui ont besoin d’être travaillés.

 

Vous voulez offrir une bonne expérience utilisateur à vos clients ? Pour cela, vous devez d’abord comprendre ce que vos clients obtiennent lorsqu’ils sont sur votre page produit. Commencez par vérifier les points suivants sur votre site ecommerce :

 

 

Si l’un de ces points n’est pas optimisé sur votre page produit, vous devez envisager une optimisation !

 

 

Utilisez des photos de produits de qualité professionnelle

Feriez-vous confiance à un magasin ou un catalogue qui présenterait des photos de produits de mauvaise qualité ? La réponse est probablement non.

 

Les photos et les visuels présents sur vos fiches produits  aident vos clients à se faire leur première impression sur votre produit et sur votre marque, et une première impression ça compte ! Les photos ont le pouvoir de les attirer… ou de les repousser. C’est souvent en regardant les photos de vos produits que vos clients décident s’ils doivent ou non continuer leur visite, voire décider d’acheter. Le poids de ces images doit bien entendu être optimisé pour le web car nous le verrons plus pas dans cet article, le temps de chargement des pages a une importance cruciale.

 

Utilisez donc des images bien exposées, de haute qualité et homogènes sur vos pages produits. Ne l’oubliez pas, contrairement à un achat en “magasin physique”, vos clients ne peuvent pas voir, toucher, sentir ou essayer vos produits lorsqu’ils achètent en ligne. C’est pourquoi vous devriez montrer votre produit sous plusieurs angles. Vous pouvez même inclure des vues à 360 degrés ou une vidéo qui montre toutes les caractéristiques importantes de votre produit.

 

Le saviez-vous, plus de 33 % des internautes préfèrent voir plusieurs photos d’un produit avant d’effectuer un achat !

 

L’émotion et la mise en situation sont également un puissant déclencheur d’achat. La mise en situation d’un produit aide vos clients à établir un lien émotionnel en visualisant un produit comme leur propre produit. Ne perdez pas de vue votre objectif : vendre sur internet, et pour vendre il faut rassurer, convaincre et séduire !

 

Un conseil : investissez dans la photographie professionnelle de produits pour encourager plus de clients à acheter vos produits.

 

Fournissez un contenu détaillé du produit

Au-delà des images du produit, les caractéristiques techniques du produit sont essentielles sur un site marchand, à plus forte raison si votre produit est technique !

 

Près de 90 % des acheteurs considèrent que le contenu détaillé des produits est extrêmement important. Une page produit efficace sur un site de vente en ligne devrait fournir a minima un niveau d’information et de détail sur les points suivants :

 

  • Un titre de produit pertinent et accrocheur
  • Un prix clair et lisible
  • Le descriptif produit
  • Les caractéristiques techniques détaillées
  • Les instructions d’entretien et de maintenance
  • Une information sur la marque
  • L’origine du produit si cela est important sur votre marché (ex. Made in France, traçabilité du produit, produit du terroir…)
  • Sa taille, ses dimensions, sa capacité

 

 

Vous devrez aussi optimiser le contenu de votre page produit pour les moteurs de recherche (META Description, Title SEO, Données structurées, Avis clients). Cela vous aidera à vous classer plus haut dans les SERP (résultats des moteurs de recherche) et, par conséquent, à générer plus de trafic. Le couple WordPress – Woocommerce vous aidera à mener à bien cette tâche à merveille ! 

 

Vous pouvez également fournir d’autres ressources utiles ou fonctionnalités (ex. comparateur produit, guide pratique, …).

 

Rédiger une description de produit unique sur une boutique en ligne peut s’avérer difficile, mais payante sur le long terme. Vous devez toujours garder à l’esprit les points suivants :

 

  • Vos descriptions de produits doivent être brèves et agréables à lire
  • La page doit mettre en valeur le produit et votre marque
  • Optimisez le contenu de votre page produit par mot-clé
  • Utilisez une structure, des titres et des puces clairs pour améliorer la lisibilité
  • Inclure les spécifications techniques
  • Toutes ces informations doivent être pertinentes, utiles et faciles à comprendre pour vos clients`

 

Optimisez votre page de produits de commerce électronique pour mobile

Le commerce électronique sur mobile, ou mobile commerce, croît plus rapidement que le commerce électronique en général. En décembre 2017 déjà, 82 % des acheteurs en ligne aux États-Unis font leurs achats en ligne à l’aide d’appareils mobiles. 35% d’entre eux sont des acheteurs en ligne exclusivement mobiles. Ce chiffre fait réfléchir, non ? D’autant plus que les tendances et usages e-commerce sont identiques en France (Source FEVAD).

 

Plus que cela, que la compatibilité mobile de vos pages web est aujourd’hui un critère SEO majeur et officiel pour Google (positionnement de votre site internet sur le moteur de recherche).

 

Si les pages de produits de votre “e-shop” (boutique en ligne) ne sont pas adaptées aux mobiles, vous risquez de perdre du trafic, des ventes et… des revenus. Vous l’aurez compris, vous ne pouvez pas faire l’impasse sur le mobile. Votre site internet et vos pages produits doivent être “responsive”, traduire compatible mobile ! La prise en compte des enjeux mobiles vous apportera les avantages suivants :

 

 

Augmenter la confiance avec les évaluations et les notations des clients

La confiance est essentielle lors d’un acte d’achat. Ce besoin de rassurance est encore plus fort lors d’un achat en ligne. Les évaluations et les notations de produits renforcent la confiance, et cette confiance augmente les conversions. Ils peuvent dissiper tous les doutes que vos prospects pourraient avoir au sujet d’un produit et les aider à prendre une décision d’achat.

 

Beaucoup d’acheteurs préfèrent demander conseil à quelqu’un qu’ils connaissent avant d’acheter un produit. Cependant, 85 % des consommateurs d’aujourd’hui font autant confiance aux évaluations et avis en ligne qu’aux recommandations personnelles. À tort ou à raison, mais c’est un fait !

 

Les gens vérifient souvent ce que les acheteurs précédents ont à dire sur un produit. Cela les aide à analyser si le produit correspond à leur besoin et s’ils s’apprêtent à faire le “bon achat”.

 

C’est pourquoi il est important de mettre des “preuves sociales” telles que des critiques et des témoignages sur les pages produits de votre site ecommerce. Même certains avis sont négatifs, vous n’avez pas à vous en faire trop. Un ratio sain de commentaires positifs et négatifs aide les clients à croire qu’ils sont authentiques. Bien entendu trop de mauvaises critiques sont un signal d’alarme qui constitue un frein à la vente. Mais dans ce cas elles constituent une opportunité pour améliorer la qualité de vos produits et de votre relation client.

 

Lorsqu’un client laisse une évaluation négative, il est de votre devoir de lui tendre la main pour résoudre son problème. Écoutez-les, posez-leur des questions et aidez-les à répondre à leurs besoins réels. Ils vous seront souvent reconnaissants et compréhensifs.

 

Une fois qu’ils sont satisfaits, vous pouvez leur demander poliment de modifier leur commentaire. Résoudre les problèmes des clients peut vous aider à renforcer votre loyauté et votre crédibilité. Cela fonctionne de la même manière dans la “vraie vie”, non ?

 

Vente incitatives et ventes croisées

Une page produit est construite pour valoriser et vendre un produit, mais elle constitue aussi une occasion à ne pas manquer de promouvoir d’autres produits.

 

Vous pouvez recommander à vos clients des produits complémentaires pertinents ou d’autres produits similaires à vos clients lorsqu’ils sont sur une page produit (ex. Nos clients ont aussi commandé). Cela peut vous aider à les engager et les encourager à faire plus d’achats et ainsi à augmenter le panier moyen de votre site marchand.

 

Donnez à votre page produit un titre engageant

Il est crucial de donner à votre page de produit un titre accrocheur et engageant. Après tout, le titre est la première chose que toute personne visitant une fiche de produit verra. Ces quelques mots ont le pouvoir magique d’attirer et de capter l’attention de vos visiteurs.

 

Vous devez aussi faire attention à ce que le titre se démarque. Augmentez la taille de la police et placez-la en haut ou au centre de la page, au-dessus de la ligne de flottaison. Vous pouvez également essayer d’utiliser une couleur qui contraste avec les autres éléments qui l’entourent, y compris la couleur de fond.

 

Les gens ne regardent pas seulement les visuels de vos produits avant de choisir d’effectuer un achat. Ils accordent également beaucoup d’importance au titre du produit. Obtenir les deux est la recette parfaite !

 

Optimisez les temps de chargement de votre page produit

La rapidité avec laquelle votre page web se charge est d’une importance primordiale. En fait, selon une étude d’Akamai, une augmentation de 100 millisecondes dans la vitesse de chargement de vos pages peut réduire vos taux de conversion de 7 % ! 

 

Bien que vous ayez besoin de conserver des visuels sur votre page de produit de commerce électronique pour la rendre attrayante, votre objectif devrait être de rendre la page aussi légère que possible. C’est possible, mais c’est un métier. Pour cela il vous faut choisir le bon prestataire e-commerce.

 

Pour tester la vitesse de chargement de vos pages, vous pouvez utiliser Google PageSpeed Insights. Il vous donnera non seulement une vue d’ensemble de la vitesse de chargement de votre page, mais également des points d’optimisation possible. Là encore, votre agence web e-commerce saura vous aider à les interpréter et vous apporter toute son expertise.

 

Créer une urgence pour déclencher l’achat

Une des meilleures méthodes pour améliorer le taux de conversion de votre page de produits de commerce électronique est de “”créer l’urgence. Vous devez tirer parti de la puissance du FOMO. Rassurez-vous, il ne s’agit point de sorcellerie mais de l’acronyme en anglais de “Fear of Missing Out” ou en français “peur de passer à côté d’une bonne affaire” !

 

Il s’agit de faire croire à vos clients qu’ils risquent de perdre une belle occasion de faire une bonne affaire. Une façon d’y parvenir est d’annoncer une vente à durée limitée. Vous devez vous assurer de leur faire comprendre qu’ils vont rater la vente s’ils ne commandent pas maintenant. 

 

Vous pouvez le faire par exemple en ajoutant un compte à rebours indiquant la fin d’une offre. Une autre façon de le faire est de faire savoir à vos clients qu’il reste une quantité limitée de produits. Cela pourrait leur donner un coup de pouce pour faire l’achat, car ils risquent de “perdre le produit” s’ils ne le font pas !

 

 

Lisibilité des prix et des frais d’expédition

Il est évident que vous devez montrer le prix du produit que vos clients s’apprêtent à commander. Cependant, un point sur lequel la plupart des sites de commerce électronique échouent est le bon affichage des frais d’expédition et de livraison.

 

Très peu de pages de produits de commerce électronique listent les prix et les informations d’expédition de manière transparente dès la page produit. Habituellement, les frais d’expédition et de TVA sont ajoutés plus tard. Cela peut décourager vos clients et acheteurs en ligne, et est générateur d’un fort taux d’abandon de panier.

 

Soyez donc transparent dès la page produit. Si vous le pouvez sur le montant et le calcul des frais de livraison. Cela vous aidera à gagner la confiance de vos clients. Pour rendre l’offre encore plus attrayante, vous pouvez offrir la livraison gratuite à vos clients.

 

Affichez clairement votre politique de retour sur vos pages produits

Votre objectif doit être de rester aussi transparent que possible avec vos clients. Une excellente façon de le faire est de décrire votre politique de retour sur la page des produits de commerce électronique.

 

Vos clients doivent connaître les mesures qu’ils peuvent avoir à prendre s’ils souhaitent retourner le produit. Cela permet de réduire les craintes sur les problèmes qui pourraient survenir après l’achat. C’est un critère essentiel de rassurance qui peut déclencher un acte d’achat !

 

La FAQ (Questions fréquentes)

Il est naturel pour vos clients d’avoir des questions concernant vos produits lorsqu’ils visitent votre site e-commerce. Bien qu’ils puissent vous poser des questions par email, téléphone, via un module de chat ou un Chatbot, une page FAQ présentant les réponses aux questions souvent posées par vos clients est un plus ! 

 

Voilà, vous y êtes presque ! Il ne vous reste plus qu’à suivre de près vos statistiques Google Analytics et pourquoi à utiliser l’A/B Testing. Google Optimize est pour cela votre meilleur allié.

 

Si vous êtes arrivés à la fin de cet article, vous avez très probablement un projet e-commerce (ex. optimisation, création d’un site e-commerce Woocommerce).

 

Nous sommes à votre écoute et nous aurons plaisir à vous rencontrer.

 

 

CONTACTEZ-NOUS !

Qu’entend-on par APIs et Web Services ?

API - Webservice

Qu’est-ce qu’une API ?

Le terme API est l’acronyme de “Application Programming Interface” qui signifie “Interface de programmation applicative”. En termes simples, les APIs sont des “passerelles” qui permettent simplement à deux ou plusieurs applications (ex. application mobile ou site Internet)  de communiquer entre eux et de permettre et faciliter les échanges de données entre un “client” et un “Serveur” par exemple.

 

Une API définit exactement les méthodes par lesquelles un programme peut interagir avec un autre. Chaque fois que vous utilisez une application comme Facebook sur votre mobile, que vous affichez une Google Map dans votre navigateur web ou que vous consultez la météo sur votre smartphone, vous utilisez une API sans probablement le savoir ! Par exemple lorsque vous consultez une Google Maps (carte interactive) intégrée à un site Web, ce site Web utilise l’API Google Maps pour intégrer cette carte et afficher dynamiquement les données.

 

Quelle est la différence entre une API et un webservice ?

Nous l’avons vu plus haut, une API est une méthode par laquelle les développeurs informatique peuvent écrire des programmes pouvant facilement interagir avec d’autres programmes (ex. une application mobile avec un site web).

 

Mais qu’est-ce qu’un web service ? Un Web Service est un service web est conçu pour avoir une interface existant dans un format traitable par des machines, généralement décrite dans une grammaire de type Web Service Description Language (WSDL).

 

APIs et Web Services servent de “moyen de communication” entre plusieurs sites ou applications. La seule différence est qu’un service Web facilite l’interaction entre deux machines sur un réseau alors qu’une API sert d’interface entre deux applications différentes afin qu’elles puissent communiquer entre elles. Le protocole HTTP est le protocole le plus couramment utilisé pour la communication.

 

Voilà c’est simple en fait, non ? Pour les plus techniques ou Geeks vous pouvez passer à la suite !

 

 

APIs et Web Services sous l’angle technique 

Un “Service Web” utilise généralement SOAP, REST et XML-RPC comme support de communication. L’API elle, peut utiliser n’importe quel moyen de communication pour initier l’interaction entre les applications. Les données échangées peuvent être dans n’importe quel format mais souvent ce sont les formats XML ou JSON qui sont utilisés. On parle par exemple d’APIs de type JSON/Rest. 

 

Une API définit exactement les méthodes d’interaction d’un logiciel avec l’autre. Lorsque cette action implique l’envoi de données sur un réseau, les services Web entrent en ligne de compte. Une API implique généralement l’appel de fonctions à partir d’un programme logiciel.

 

Dans le cas des applications Web, l’API utilisée est basée sur les protocoles Web. Les applications de type bureautique telles que les feuilles de calcul et les documents Word utilisent des API VBA et COM qui n’impliquent pas de service Web. Une application serveur telle que les CMS Joomla ou WordPress peut utiliser une API basée sur PHP présente dans le serveur qui ne nécessite pas de service Web.

 

Un service Web est simplement une API enveloppée dans le protocole HTTP. Une API n’a pas toujours besoin d’être basée sur le Web. Une API consiste en un ensemble complet de règles et de spécifications qu’un programme logiciel doit suivre afin de faciliter l’interaction. Un service Web peut ne pas contenir un ensemble complet de spécifications et parfois ne pas être en mesure d’exécuter toutes les tâches qui peuvent être possibles à partir d’une API complète. 

 

 

CONTACTEZ-NOUS !

Démarrons votre projet