Menu
Blog Web & Mobile

Qu’est-ce que le commerce vocal (vCommerce) ?

Qu'est ce que le commerce vocal ?
  • Note des lecteurs
  • Rated 4.8 stars
    4.8 / 5 (12 )
  • Votre note


Futur de la voix et commerce vocal : ce que les responsables marketing doivent savoir

Nous l’abordions dans un précédent article de ce blog, les recherches vocales dans les moteurs de recherche et le contrôle par la voix de nos équipements sont probablement l’un des plus gros bouleversements à venir dans notre quotidien. 

 

Google l’annonçait lors du dernier Consumer Electronic Show de Las Vegas, les recherches vocales effectuées via votre smartphone ou vos assistants personnels représentent déjà plus de 20% des recherches effectuées sur Google.

 

Vous commandez peut-être déjà une partie des équipements de votre maison à la voix ( vos ampoules ou vos prises connectées) ? Vous pensez peut-être que ces fonctionnalités sont des gadgets ? Peut-être, mais ne disions-nous pas la même chose des smartphones et des applications mobiles en 2009 lors de la sortie de l’iPhone. Il est pourtant « probable » que vous ayez aujourd’hui un smartphone dans la poche ou dans la main pour lire cet article ! 

 

Petite précision pour vous en convaincre si besoin, lorsque l’on pense à la recherche vocale, nous pensons bien entendu aux assistants personnels intelligents (Google Home, Amazon Echo ou bientôt Apple HomePod). Il faut pourtant ajouter à cette liste les smartphones Apple et Android, mais aussi l’ensemble des équipements connectés du quotidien : Téléviseurs, casques et équipement audio, voiture, … De nombreux équipements sont déjà connectés, demain ils le seront probablement tous. 

 

Saviez-vous que le seul écosystème Google, fonctionnant avec l’assistant Google représente aujourd’hui plus de 400 000 millions de « devices » ! 

 

 

 

Les impacts de la recherche vocale

Les analystes indiquent que d’ici 2020, 50% des recherches sur Google seront vocales. Si vous n’êtes pas préparé à ce bouleversement et si le levier d’acquisition digital est important pour vous (comment ne pourrait-il pas l’être aujourd’hui ?), vous risquez de passer à côté de 50% d’opportunité de toucher vos prospects et clients. 

 

Les impacts sont déjà visibles en matière de référencement sur Google (SEO). Les assistants vocaux ne remontent qu’un résultat lorsque vous les interrogez, ce résultat est appelé position zéro. Il n’est déjà pas simple d’apparaître sur la première page de Google, imaginez qu’il n’y ait plus qu’un seul résultat. C’est pourtant ce que teste déjà Google. Il faudra donc adapter votre site internet et son contenu à ces nouveaux usages.

 

Les requêtes vocales sont plus longues que les requêtes « écrites » et seront des phrases complètes en langage naturel, conversationnel et souvent la réponse à une question. Elles seront également très souvent associées à un lieu donc à la géolocalisation.

 

Nous pensons qu’il est urgent de s’y préparer et notre agence peut vous y aider. 

 

Au-delà du SEO et des actions à mener pour se préparer à ces bouleversements, saviez-vous qu’il est possible depuis quelques mois de développer des applications vocales pour Google Assistant (ce que Google appelle les « Actions ») ? 

 

Si vous disposez d’un équipement fonctionnant avec Google assistant (smartphone ou Google Home), vous pouvez par exemple dire « Dis Google, Parler avec Darty ou parler avec Oui SNCF » et vous « lancerez » les applications vocales de ces deux marques.

 

Cette évolution majeure ouvre d’énormes possibilités en matière de service et de présence de votre marque ou de votre entreprise au regard des évolutions d’usage et de marché à venir, d’autant plus que le budget de réalisation et de promotion d’une application vocale est beaucoup moins important à fonctionnalités identiques que celui d’une application mobile. 

 

Saviez-vous qu’il est aujourd’hui déjà possible de vendre un produit ou un service via une application vocale ? Eh oui, la France découvre les assistants vocaux, mais ils sont déjà entrés dans les foyers américains depuis plusieurs années et vous pouvez par exemple, commander et payer votre pizza préférée à la voix… Et 600 millions de personnes dans le monde utilisent déjà un assistant vocal au moins une fois par semaine. 

 

 

 

Le « Voice Commerce » ou « Commerce vocal (vCommerce) « 

La demande et l’utilisation de ces assistants numériques, conjuguées aux progrès importants de la technologie sous-jacente, montrent qu’ils sont sur le point de transformer (bouleverser ?) le commerce et le marketing dans pratiquement tous les secteurs d’activités.

 

Un rapport d’Accenture au Royaume-Uni a révélé que 60% des gens veulent utiliser la voix dans leur expérience d’achat en ligne, et 7% le font déjà. 

 

D’ici 3 ans, 40 % des consommateurs utiliseront des assistants vocaux plutôt qu’un site Web ou une application (comparativement à 24 % aujourd’hui), et 31 % utiliseront un appareil vocal au lieu de se rendre dans un magasin ou une grande surface (comparativement à 20 % aujourd’hui).

 

Il ne fait guère de doute que les dispositifs vocaux permettront d’établir et de transformer la relation d’une marque avec ses clients.

 

Le commerce vocal (vCommerce) va permettre d’améliorer l’expérience client. Il y a 20 ans, il fallait aller au cinéma et faire la queue pendant une heure pour acheter des billets de cinéma. Aujourd’hui, vous pouvez acheter ces billets en ligne en quelques clics. Avec la recherche vocale, vous éliminerez ces clics et commencerez votre processus d’achat par une simple requête : « Dis Google, achète une place de cinéma à Paris pour revoir A.I. !« .

 

L’usage de la voix remodèle le processus d’achat et simplifie l’expérience client. Vous pouvez faire des achats en conduisant, en faisant du jogging ou même sous la douche (attention à votre smartphone tout de même !). La recherche vocale vous permet d’intégrer le commerce de façon transparente dans notre quotidien.

 

La question est de savoir si les responsables marketing sont préparés à ce changement massif dans la façon dont les consommateurs interagissent avec les marques et comment ils veulent que les marques interagissent avec elles. L’êtes-vous ? 

 

Le commerce vocal (qu’il s’agisse d’un appareil autonome comme Amazon Écho ou d’une application intégrée comme Siri) va transformer la relation de la marque ou de l’entreprise avec ses clients ou prospects. 

 

L’une des principales raisons pour lesquelles les consommateurs préfèrent la voix aux autres formes de communication est qu’elle est plus facile, intuitive et rapide. Une personne moyenne peut généralement parler environ 125-175 mots par minute alors que la plupart des gens ne peuvent taper qu’un peu moins de 40 mots par minute sur un clavier. Avec la précision des dispositifs vocaux approchant le seuil souhaité par les humains et les avancées spectaculaires du Machine Learning (ML), il n’est pas étonnant que les dispositifs vocaux aient été au centre de la scène au CES 2018.

 

Le commerce vocal pèsera 40 milliards de dollars dans le monde en 2022. 

Il ne génère aujourd’hui que 2 milliards de C.A. (source : cabinet OC&C Strategy Consultants). Les produits d’épicerie, le divertissement, l’électronique et le vêtement sont les quatre catégories qui ont le plus de succès sur ce nouveau canal de vente mais l’impact direct et indirecte sur les autres secteurs ne sera pas neutre.

 

Pour se positionner sur ce marché quasi vierge (situation qui offre de réelles opportunités aux premiers entrants) mais en phase de décollage exponentiel, les « retailers » doivent créer leurs applications vocales. En France, Monoprix a lancé fin novembre 2017 une application vocale sur Google Home. Ses utilisateurs peuvent pour l’instant y enregistrer une liste de courses… Pour l’instant ! 

 

La SNCF, Darty et d’autres marques ont déjà anticipé ces mutations. La bonne nouvelle c’est que ces applications vocales sont beaucoup moins coûteuses à réaliser, promouvoir et maintenir qu’une application mobile. Ce qui les rend accessibles aux ETI mais aussi aux PME-PMI. C’est le moment choisi de vous rappeler que notre agence développe des applications vocales ! :-)

 

L’autre bonne nouvelle est que ces applications vocales n’ont pas besoin d’être téléchargées par l’utilisateur pour être utilisées. Une fois publiées, tous les possesseurs d’équipements fonctionnants par exemple avec l’assistant Google n’auront qu’à dire « Dis Google Parler avec » – votre marque – pour y accéder. Cela ouvre des perspectives, non ? 

 

 

Le commerce vocal : prochaine révolution en matière de commerce électronique.

Les progrès réalisés avec les chatbots, les assistants vocaux numériques comme Siri, Alexa, Google Now et la reconnaissance naturelle du langage (NLP) dans l’intelligence artificielle permettent un nouveau virage vers un développement du commerce électronique basé sur la conversation et la voix. 

 

Les consommateurs montrent déjà une forte appétence pour les usages vocaux. Ils achètent des appareils et adoptent l’interaction vocale bien plus rapidement que la majorité des entreprises ne l’intègrent dans leurs dispositifs marketing. Il est probable qu’à Noël prochain, certains entrent dans votre foyer sans même que vous vous en rendiez compte… Comme le Smartphone – rappelez-vous que vous n’en aviez pas besoin, vous aviez déjà un téléphone :).

 

Et vous, si vous lisez ces lignes, que pensez-vous de ces évolutions ? Toute rupture technologique et/ou d’usage apporte avec elle des risques pour les entreprises qui ne sauraient pas s’adapter, mais pour les autres de formidables leviers de développements et d’opportunités.

 

 

 

Envie de relever ce challenge  ?

 

 

Démarrons votre projet